ORDER ONLINE OR CALL US (+1800) 000 8808

Synopsis

Roman – Perle est une jeune fille née à Fez dans une grande famille de six enfants. Sa beauté lui cause bien des déboires déjà dès son enfance surtout avec sa sœur aînée, mais aussi attire des prétendants, dont l’un d’eux est un paysan de la vallée de l’Ourika qu’elle épouse en fin de compte. L’accent est donné sur les coutumes des juifs du Maroc, leurs mariages, leurs conceptions et le traitement des femmes dans leur société. La seconde guerre mondiale renverse partiellement certaines barrières et améliore la position de la femme au sein d’une communauté principalement fondée sur les préceptes religieux.
Perle qui rencontre de façon très exceptionnelle un légionnaire Français vit un amour qui ressemble à un rêve, à un conte de fée. Survivra-t-il leurs différences et le fossé créé par leur éducation diamétralement opposée ? Leur bel amour ne sera jamais brisé malgré leur séparation causée par la mort de leur fils et se perpétuera jusqu’au-delà du réel.

2 avis pour Il sentait bon le sable chaud mon Légionnaire

  1. 5 sur 5

    Revue de Monsieur Joseph Dadia, avocat

    Chère amie Thérèse,

    J’ai lu il y a un mois votre œuvre : « Il sentait bon le sable
    chaud mon Légionnaire ». J’ai passé plusieurs heures de
    bonheur à le lire et à dialoguer avec ses héros.

    Il y a l’excellente littérature avec une imagination sans
    failles pour camper les héros du livre, que je voyais devant
    moi, et écoutais leurs dialogues. Quelle puissance ces
    dialogues. Je suis fier, sincèrement fier, profondément fier,
    d’avoir parmi nous, nous les marrakchis, un écrivain
    de talent, duquel j’admire sa littérature, riche en
    vocabulaire, en dialogues. Quelle romancière et quelle
    créativité fertile !
    Vos œuvres méritent d’être reconnues officiellement et
    surtout très lues.
    Avec mon amitié et mon estime.

    Joseph Dadia

  2. 5 sur 5

    Il sentait bon le sable chaud, mon légionnaire… de Thérèse
    Dvir – Stéphane Larue – Le Figaro

    “Liberté? Mon enfant! Je suis libre à la façon et au niveau
    qui me conviennent. Que le fantôme de Robert soit une
    réalité ou le fruit de mon imagination, comme tu
    insistes tant à me le faire admettre, il est pour
    moi un havre d’amour, un compagnon, un nid douillet
    où je ne me sens pas abandonnée, indésirable et stérile.

    Alors, que cherchons-nous réellement? Que m’apporterait la
    liberté que tu proposes à ce stade de ma vie, Tamar? Elle
    tuerait la dernière étincelle du merveilleux conte de fées
    qu’était mon amour pour Robert.”

    Très attachée à l’histoire de la communauté juive au Maroc,
    c’est dans ce cadre que Thérèse Zrihen-Dvir nous conte une
    magnifique épopée amoureuse, touchante et pleine de
    poésie.

    En mettant l’accent sur les coutumes de cette société régie
    par les principes religieux, sur l’évolution du traitement
    réservé aux femmes, elle octroie à son ouvrage une
    dimension sociale et historique indéniable.
    http://www.stephanelarue.com/Il-sentait-bon-le-sable-chaud-mon-legionnaire-de-Therese-Dvir_a8058.html

Ajouter un Avis

You can add any HTML here (admin -> Theme Options -> E-Commerce -> Promo Popup). We suggest you create a static block and put it here using shortcode